Les Radicaux au coeur du débat...

Publié le par PRG45

Taux de participation record et écart significatif entre les deux candidats, la Gauche va devoir s'interroger sur ses trois défaites consécutives à l'élection présidentielle...Ultra majoritaire dans les régions, la Gauche vient de perdre la clé de voûte de nos institutions.

           Ségolène Royal a mené sa barque comme elle a pu. Equipe efficace sans doute mais entravée certainement. Plus qu'un problème de personnes, c'est une difficulté de ligne politique que laisse transparaître cette campagne. Si la Gauche n'en tire pas immédiatement les conséquences, elle continuera de perdre. François Mitterand avait su en son temps chercher l'équilibre entre la conviction et la responsabilité...et le trouver. La Gauche ne doit plus avoir besoin d'aller puiser dans la rhétorique pseudo-marxiste avant de la combiner tant bien que mal avec les exigences des responsabilités gouvernementales...

           Nombreux les électeurs qui sont allés aux urnes en se grattant la tête, sûrs de leur envie de réforme, sûrs de leurs convictions de solidarité où S.Royal a su marquer sa différence et sa modernité, mais interloqués par le langage économique et social de la Gauche qui jouait à l'immobilisme et au refus des réformes.

         Comme l'ont fait si bien les Radicaux de Gauche lors du congrès de Rennes, il faut prendre en compte le déploiement de la mondialisation, du développement de l'économie de service ou de la transformation des Etats providence et accélérer la croissance équitable. Pour celà il faut oser.  Oser dire comme le proclame le programme radical que la croissance des TPE et des PMEest déterminante pour l'avenir de l'emploi comme l'est la modulation de la rémunération et du coût du travail le moins qualifié. C'est rappeler l'importance capitale de la formation et de la recherche. C'est instituer un revenu universel de solidarité qui incite les plus démunis à aller vers le travail au lieu de les en dissuader. C'est aussi régler la question de l'endettement et appliquer à la France la règle de l'équilibre que l'on applique aux collectivités. Nous ne croyons pas que ces lignes extraites du programme radical fassent clivage avec tous nos voisins de la Gauche républicaine. Elles se démarquent de la contre-révolution libérale vendue avec succès par l'UMP.

 

 

Commenter cet article